Au cœur même d’un des hauts lieux seine-et-marnais de l’architecture, dans un couloir vitré, ancienne facade de jardin, cette bouche d’aération modeste, qu’on pourrait croire cachée volontairement si elle n’était pas fort probablement oubliée par les habitants du lieu.

Il était temps de réinventer ce 12 feuilles vernaculaire.