100_3641_B [800x600] []

Première abbaye cistercienne construite hors de la France et fondée en 1120, la Badia di Tiglieto, Abbazia Santa Maria alla Croce, abbaye toute de briques du terroir est remarquable par sa situation, baignée de splendide tranquillité comme la plupart des abbayes cisterciennes, par l’harmonie de son architecture si religieuse et si paysanne à la fois, et par l’âme qui anime le tout. Quelques moines accueillants font renaître ce lieu encore éloigné des foules. L’église présente une série d’entrelacs fort beaux en marquèterie de bois, créés par un artisan du pays.

Ils ont été à l’origine inspirés de deux entrelacs en clé de voute du chapitre du cloitre. Puis les moines ont recherché d’autres entrelacs qui appartiennent à la symbolique cistercienne, celle du réseau de la communauté locale, le tissage des hommes, mais probablement aussi celle du mouvement du réseau des abbayes.

C’est pourquoi ces entrelacs, dans une esthétique toute cistercienne qui va à l’essentiel, ne se complaisent pas dans la fioriture, mais vont droit à la puissance de leur sens. Sens du mouvement, du réseau, de la communauté. L’entrelacs est aussi à la fois signe de repliement sur soi, par exemple le nœud qui ferme, s’enferme, et d’infini, par exemple le zellige musulman ou certains « grisés » cisterciens. Symbole d’une vie monacale du repli pour l’ouverture, du silence nécessaire pour communier avec les autres ?

Les moines se sont inspirés d’entrelacs qui illustrent l’excellent petit livre de Léon Pressouyre, Le rêve cistercien, Découvertes Gallimard, 1990. Pressouyre explique que « l’un des plus célèbres recueils de modèles du Moyen-Age, le Reiner Musterbuch…Les formes qu’il propose vers 1220 sont-elles destinées de préférence à l’enlumineur, au sculpteur, au verrier, au céramiste ? On ne le sait pas toujours et peu importe car l’une des caractéristiques des Cisterciens est précisément de recourir à des motifs qui conviennent à toutes les techniques, inventant un art que le jargon de nos ateliers qualifie de transmédiatique. La répétition des motifs « abstraits » …est un moyen d’exprimer avec force l’unanimitas, l’unanimité cistercienne » (p67).

La figure présentée dans cet article combine un « noeud de Salomon » et une sorte de quadrilobe qui pourrait être un « carré bouclé » dont les côtés ont disparus et où il ne reste que les boucles!

Visite du diaporama des entrelacs de Tiglieto

Sources

http://cister.eu/FR/Abbey/tiglieto.aspx

Site en italien du village de Tiglieto