Flute de pan entrelacée

Au gré de l’effeuillage d’un livre d’une bibliothèque en débroussaillage, rencontre avec une flute en roseau au bel entrelacs. La gravure de A. de Lemud reflète-t-elle une réelle technique, une tradition d’un terroir ou sa pure imagination? Je pencherais volontiers pour la première hypothèse, mais n’ai pas trouvé de preuve. Pourtant les tuyaux des flutes de pan pourraient être liés en entrelacs. C’est peut-être le cas de flutes de pan latino-américaines et de certains naïs roumains. Si vous avez des pistes, elles sont bienvenues. Merci.

Extrait des Dernières chansons de Béranger, Paris, Perrotin Editeur, 1860.

Je vous épargne le texte de la chanson.

La gravure dominait encore l’illustration des livres au XIX ème s. Belle technique où le noir et blanc de la gravure éclaire le livre avec finesse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star